Airbnb : La révolution du secteur de l’hébergement sur Internet

Airbnb

Airbnb Des céréales au tourisme

AirBnB est un site américain nait en 2008 à San Francisco en Californie. Le lancement de ce nouvel acteur majeur du Web et du tourisme est comme souvent aux Etats-Unis : Une belle histoire ! Un « American dream » version « www ».

le début des fondateurs airbnb

Joe Gebbia et Brian Chesky sont les deux co-fondateurs du site. Ils ont tout deux suivi une école de désign aux Etats-Unis. Avec peu de moyen et partant du constat que la ville n’offrait pas suffisamment d’offre d’hébergements aux touristes, ils ont l’idée de proposer de loger chez eux sur des matelas gonflables (d’où le nom Air BnB). L’idée murrit mais avec le manque de moyen il profite de l’élection présidentielle de 2007 pour trouver des sources de financement en créant une marque de céréale à l’éffigie des deux candidats : Obama et McCains. Résultats : 40.000 dollars pour créer leur plateforme.

C’est donc en 2008 que l’entreprise  Airbnb se lance Leur idée séduit et moins d’un an après le lancement le site réussit à lever 8 millions de dollars suivi d’une seconde levé de fond de 115 millions de dollars en 2011. La levé de fond, relayée en octobre 2012 par les média serait une mauvaise information. Il s’agirait en réalité de document de leur levé de fond de 2011. En 2012, on estime son chiffre d’affaire aux alentours de 200 millions de dollars.

airbnb : Un concept nouveau !

le site de Airbnb

Airbnb est un réseau social entre locataires et voyageurs en quête de bonne affaire pour se loger quelques jours aux quatre coins du monde. Une fois inscrit, (inscription classique ou facebook connect) on se créé un profil en quelques secondes et c’est parti pour la recherche de bon plan. Il suffit de taper le nom de la ville de destination, de sélectionner quelques critères et hop : plusieurs centaines de bien sont proposés dans toutes les grandes villes du monde : Paris, Shanghai, New-York. En tout c’est 26.000 villes de 192 pays qui sont concernés.

Pour chacun des hébergements proposés, c’est aux consommateurs de noter et de donner son avis.

Une concurrence pour le marché hotelier ?

La réponse est oui. On parlera ici de concurrence indirecte comme l’est la chambre d’hôte pour un hôtel car c’est bien de ce dernier dont on parle ici.

Le principe d’AirBnB n’est pas d’avoir une chambre d’hôtel à moindre coût mais de loger dans un appartement, une maison ou un chateau en étant indépendant. A priori, personne ne viendra ranger la chambre et au revoir le room service. Ici, on vit à la locale avec des voisins ponctuels parfois en centre ville, parfois en banlieue mais indépendant comme à la maison.

Si pour le moment Airbnb parait un peu seul, la concurrence arrive avec par exemple le site français Morning croissant qui a pour objectif de réunir des hôtes de 200 villes françaises.

Un problème de confiance ?

En tapant simplement « Air BnB » sur Google, je suis tombé sur le forum de TripAdvisor qui montre clairement que certaines personnes n’ont pas suffisamment confiance pour payer par carte de crédit.

De plus, un article de rue89.com relaie une mésaventure d’une jeune américaine :

« Ils ont enfoncé la porte d’un placard et trouvé le passeport, l’argent liquide, les cartes de crédit et les bijoux de ma grand-mère que j’avais cachés à l’intérieur, ils ont pris mon appareil photo, mon iPod, un vieil ordinateur portable et mon disque dur externe dans lequel j’avais mes photos, mes journaux intimes… ma vie entière. »

Sachant que la confiance est l’un des critères les plus important de la vente en ligne, qu’en pensez ?

Pour le voyageur, sachez tout d’abord que AirBnB fait l’intermédiaire entre les deux parties avec l’argent versé 24h après votre arrivé. Ensuite, si le logement n’est pas le même que celui annoncé ou s’il ne propose pas certains standards de qualité minimum décidé par le site il est possible d’être remboursé en quelques jours.

Pour l’hôte, le site a prévu une assurance en cas de dégradation ou vols du bien.

Nous, en France, on aime bien taper sur les doigts

Eh oui, après Google et la presse, voici que AirBnB est accusé dans tous les sens par les collectivités, la marie de Paris et compagnie. Les raisons sont à la fois fiscales (les hôtes ne déclarent pas les revenus), légales car la sous location est interdite et sociale car d’après les collectivités locales ce sont des investisseurs en immobilier qui profite de ce système et non les français.

Ce phénomène a des conséquences graves pour les Parisiens puisqu’un appartement de location de courte durée est un appartement en moins pour les Parisiens.

Air BnB se defend par sa volonté de ne faire profiter de leur service qu’aux personnes qui louent le lieu où ils habitent. De plus, il permet de répondre à une offre inexistante dans certains endroits. Pour finir, un revenu supplémentaire ne peut qu’être bon en temps de crise.

Vivement les prochaines vacances !

Je ferais volontier confiance à ce site. Mais le monde des bisounours n’est pas sur le « www » alors quand vous chercherez un appartement pour quelques jours de vacances prenez le temps de lire les avis, d’étudiez le profil de la personne et de la contacter ;)

 

L’inscription c’est ici –> http://www.airbnb.com/

5 Commentaires

  1. Pingback: Web collaboratif : Mon voisin le 2.0 | Le blog des MBA MCI

  2. Sophie Chicheportiche

    COMMENT FAIT ON POUR PARLER A UNE PERSONNE ET AVOIR DES RENSEIGNEMENT

    Répondre
  3. Florian Othnin-Girard

    Bonjour Sophie. Vous pouvez me contacter via Facebook ou dans l'onglet "me contacter" directement sur le site. A bientôt

    Répondre
  4. Pingback: eworky : Le lieu de travail 2.0 - histoires de web

  5. bmw minneapolis

    This is way more helpful than anything else I’ve looked at.

    Répondre

Répondre à Florian Othnin-Girard Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Lire les articles précédents :
thunderclap_logo
Thunderclap, la communication de masse

Thunderclap : Vers une communication de masse Pour commencer sur les nouvelles tendances, je vous présente un style de site...

Fermer