De l’e-tourisme au m-tourisme 2/5 : Le marché

marcheetourisme

Le marché du tourisme

Dans le monde, le voyage et plus généralement le tourisme est un rêve, la découverte de l’inconnu ou encore le moment parfait pour se décontracter seul, en famille ou entre amis. Une chose est sûre, le tourisme attire et les destinations aux quatre coins du monde sont prisées chaque année.

Se définit comme touriste «Toute personne en déplacement hors de son environnement habituel pour une durée d’au moins une nuitée, et d’un an au plus, pour des motifs non liés à une activité rémunérée dans le lieu visité. Sera comptée comme arrivée de touriste international dans un pays donné, toute visite d’une personne ne résidant pas dans ce pays et venant y passer au moins une nuitée. Par exemple, un touriste américain visitant l’Europe sera comptabilisé chaque fois qu’il entre dans un des états d’Europe. Un touriste français visitant New York, la Californie et la Floride ne sera comptabilisé qu’une seule fois, à son entrée aux États-Unis.»

D’un point de vue économique, un touriste consomme plusieurs choses. Tout d’abord le transport qui peut être aussi bien la voiture personnelle (essence et péage), une voiture de location, les cars, les trains ou encore les avions. Ensuite, le logement dans les hôtels puis toutes les visites culturelles, plages avec ses bars et restaurants et tous les commerces qui se présentent aux touristes.

Chiffres clés dans le monde et en France

La France a toujours fait partie des grands acteurs du tourisme dans le monde. L’hexagone est depuis 1990 la première destination touristique au monde et reste stable sur les dix dernières années (79 millions en 2000, 70 en 2010) loin devant les Etats-Unis et la Chine (autour de 55 millions chacun).

Dans le monde

Infographie signé Jonathan Chan, merci à lui!

Le tourisme est l’industrie la plus importante au monde. En termes d’emploi, cela représente 220 millions d’emplois directs (et un demi million indirectement) et 9% du PIB mondial à 856 milliards USD en croissance de 3 à 5% par de 2010 à 2011. L’e-tourisme représente environ 60% de ce PIB.

Si en 1950 le nombre d’arrivées international était de 25 millions, ce chiffre a explosé jusqu’en 2010 avec maintenant près de 950 millions d’arrivées par an et devrait passer à 1,6 milliards à l’horizon 2020. On comprend alors la bien l’intérêt des entreprises pour ce secteur tant le nombre de voyageurs est important et son évolution forte.

Les Etats-Unis est le pays qui profite le plus du tourisme avec près de 100 milliards de recettes en 2009 devant l’Espagne et la France avec autour de 50 milliards de recette chacun.

Les pays émergents et notamment la Chine est une opportunité mondiale. Les chinois gagnent de plus en plus d’argent et voyagent donc plus. Résultat, les pays font des efforts pour les attirer (nouveaux aménagements pour les aéroports, plus d’employés asiatiques dans les avions, hôtels et magasins).

La zone géographique principale de mouvement aérien est d’ailleurs principalement dans la zone Asie-Pacifique à près de 40%.

Les secteurs principaux du tourisme mondial sont la restauration, l’hébergement, le débit de boisson suivi des agences de voyages et voyagistes.

En France

La France est donc la première destination mondiale pour le tourisme. Cependant, comme nous l’avons vu ci-dessus, elle n’est que la troisième en termes de recettes du au tourisme avec 50 milliards d’euros de recette en 2009. Le solde de dépense de la France du tourisme est positif avec chaque année près de 30 milliards dépensés à l’étranger contre les 50 reçus. Le panier moyen des français est de 257 euros selon la FEVAD en 2011.

Malgré cela, le tourisme permet à l’hexagone d’employer un million de personnes. La clientèle de France est en premier lieu européenne avec le Royaume-Uni, le Bénélux, l’Allemagne et l’Italie. Les principaux touristes hors-Europe sont les Etats-Unis, le Canada puis la Chine respectivement les huitièmes, neuvième et dixième nationalité touristique en France. Ils restent en moyenne moins de 4 jours, seul un quart y reste plus d’une semaine.

Afin de comprendre le contexte économique des entreprises du tourisme en France il est important de connaitre le consommateur français. 68% partent en vacances avec en moyenne un budget de 1948 euros (1.000 euros de plus pour ceux qui voyagent vers l’étranger) pour une durée de deux semaines Les facteurs de choix sont : en premier lieu le climat suivi de la sécurité puis le budget alloué aux vacances.

Les grands acteurs du tourisme

Pour se partager les 856 milliards de dollars du tourisme, on peut distinguer trois types d’acteurs. Il faut avant tout savoir qu’une grande partie des ventes se fait par l’intermédiaire des ventes indirectes par des agences de voyages qui proposent des voyages en tous genres. Ils sont donc les principaux acteurs de la distribution. Voici les trois catégories :

Tout d’abord les généralistes comme Club Med ou Nouvelles Frontières. Eux proposent des voyages soit en club, soit par circuit touristique précis.

Ensuite il y a les spécialistes par destination comme Pacha Tours ou Asia. Ils proposent des voyages vers des destinations où ils sont spécialistes. Cela peut permettre aux consommateurs d’avoir une agence qui maitrise les lieux de voyage pour assurer aussi bien la sécurité que les bons plans.

Pour finir, on trouve les spécialistes par produit. C’est à dire ceux qui proposent des voyages dans un but précis comme le voyage culturel, les courts séjours ou encore les séjours sportifs. Les plus connus sont Clio et Terre d’aventures.

Vers un tourisme toujours plus électronique  

Lʼe-tourisme dans le secteur du tourisme

On a tendance à l’oublier mais Internet n’est commun que depuis les années 90. En 20 ans, Internet a su prendre sa place dans ce secteur. Le fait qu’il s’agisse de distribution dématérialisée en est pour beaucoup. A ce jour, un tiers du tourisme en général est vendu par Internet et jusqu’à 64% pour le voyage aérien.

On distingue deux types d’acteurs de l’e-tourisme. Les compagnies aériennes qui vendent directement aux consommateurs (60%) et les intermédiaires tels que Opodo ou VoyageSNCF.com (40%).

Pour comprendre le phénomène, il est important de rappeler que près de 60 millions de personnes ont un accès à Internet en France et près de la moitié l’ont depuis leurs mobiles ce qui permet à la fois d’acheter en ligne mais surtout de n’importe où et n’importe quand. Par exemple, une des tendances de l’aérien est de proposer Internet à bord. Si à ce jour, le phénomène n’est pas encore très répandu, cela devrait vite changer.

Evolution de lʼe-tourisme

La croissance à deux chiffres, ça existe même pendant la crise. Prenez l’industrie la plus puissante au monde : le tourisme et le mode de vente le plus répandu ces dernières années : Internet, et vous obtenez une croissance de 19% de 2009 à 2010 et de 12,5% de 2010 à 2011.

L’évolution, même si elle ralentit, a été impressionnante ces dernières années. De 20 à 40% par an pour les ventes de tourisme sur Internet. Cette évolution a donc été portée par la banalisation et la levée des freins de la vente par Internet, mais aussi pendant la crise, par la recherche du meilleur prix qui pour une bonne partie des internautes se trouve forcement sur la toile.

Les tendances futurs vont être pour le mobile avec comme nous le verrons plus tard, de nombreux avantages comme le fait d’être nomade mais aussi d’être présent partout et tout le temps. De plus l’achat compulsif provoqué par les entreprises ne va faire qu’accentuer cette tendance. Cependant, en 2011, les ventes de tourisme sur internet mobile ne représentaient que 2% du total des ventes sur le net soit le double qu’en 2010 mais avec un taux de transformation plus faible que depuis un ordinateur (0,5% contre 2%).

Une autre tendance importante devrait voir le jour courant 2012 : la certification des sites d’e-tourisme. Ces certifications auront pour but de reconnaitre les sites qui acceptent les avis des consommateurs avec une modération acceptable afin de ne pas tromper le consommateur.

Les grands acteurs

Alors qui profite le mieux du tourisme sur Internet ? Naturellement, nous pouvons les classer en quatre catégories : – Les entreprises touristiques : agences de voyages, prestataires hôteliers, transports – Comparateurs de prix – L’édition : guides touristiques, magazines – Les acteur institutionnels

En France, c’est Voyage-SNCF.com qui tire le mieux son épingle du jeu avec en moyenne 7 millions de visiteurs uniques par mois devant promovacances, voyageprive, lastminute.com et Opodo. (entre un et deux millions par mois).

L’exemple de voyagesncf.com est très représentatif de la réussite sur internet. La SNCF, très connue en France pour ses transports en train, a ouvert en 2000 un pur player doté d’une image bien plus moderne et dynamique que la maison mère. Aujourd’hui le site est leader de l’e-tourisme et de loin. Avec 350 salariés à peine, le site génère un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros en 2011. 70% des internautes français se connectent chaque année.

Si l’évolution est à deux chiffres depuis le lancement, le site représente un tiers des ventes de billets de train en 2010. A noter que 10% de leurs ventes se font par mobile et tablette. Un score, encore une fois, bien au dessus de la moyenne.

Retrouvez plus d’information sur l’e-tourisme et le m-tourisme

1 Commentaire

  1. Ikram Guenoun

    Bravo pour cet article complet et synthétique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Lire les articles précédents :
e_tourisme-1024x512
De l’e-tourisme au m-tourisme: introduction

Aujourd'hui, j'ai le plaisir de vous faire profiter d'une partie d'un travail de recherche que j'ai réalisé il y a...

Fermer