Sport 2.0 : La médiatisation

le sport 2.0 au coeur de la médiatisation

Sport 2.0 : Toujours plus d’Internet dans les médias

Sport 2.0 : Des premières épreuves olympiques à nos jours, le sport a profondément évolué. Les années folles ont marqué cette transformation. L’intérêt soudain du peuple français a entrainé une médiatisation nouvelle. Depuis le sport change et se transforme avec Internet.

le sport 2.0 au coeur de la médiatisation

Sport 1.0 : Les années folles

Nous n’allons pas revenir sur le sport antique. L’après première guerre a eu un effet médiatique fort en France pour le sport. Une France appauvrie, une France déprimée qui veut changer d’air. L’art, la culture, la littérature et le sport deviennent une obsession pour le peuple français. Alors que le Jazz fait ses premières gammes en France, le Football, le Tennis ou encore la Boxe attirent la curiosité et déchainent la passion des médias.

Cependant, toucher un consommateur est complexe à l’époque. Pas d’e-mail, pas d’adwords bien évidement mais pas ou peu de radio ou de presse sportive non plus. C’est l’après seconde guerre mondiale qui va changer la donne pour de bon.

De 45 à 2000 : Les médias se spécialisent

Le tout début de la radio commence à la fin du 19e siècle. Cette nouvelle technologie met de nombreuses années avant de se démocratiser pour de bon. Cependant, elle permet pour la première fois de transmettre de l’actualité en continue et en direct. Les années 40 voient l’arrivée de radios devenues spécialistes du sport : RMC et RTL. Plus tard, d’autres diffuseurs se créent avec notamment Europe 1 en 1955.

La télévision se crée vers 1930. A cette époque, il s’agit d’un objet de luxe ultime. Les programmes sont quasiment inexistants. En 1947 la TV vit son premier direct. Canal+ se crée en 1984 et reste depuis l’un des principaux acteurs du sport. Chaque année, la chaine cryptée paie des centaines de millions d’euros pour retransmettre les meilleures compétitions sportives : Football, Basketball et beaucoup d’autres. Aujourd’hui, les diffuseurs sont nombreux : TF1 et Eurosport, M6, Canal+, BeinSport sont les principaux. 

Il est intéréssant de constater que chaque nouveau média commence à diffuser les « petits » sports avant de diffuser les contenus les plus attendus. Avant la télévision, la radio profitent pleinement des sports principaux : Football, Rugby, etc. La télévision devait se contenter de sport moins connus. Il faut attendre 1956 pour la première rencontre de football à la télévision. Avant l’arrivée de Canal +, ce sport n’avait quasiment aucune visibilité sur l’écran familial.

90′s : L’information sportive fuse

Fermez les yeux et souvenez vous ! Souvenez-vous de cette année 1998 riche en émotion sportive en France. La coupe du monde de Football voit pour la première fois l’équipe bleu blanc rouge lever le trophée mondial du sport le plus populaire.

Bien loin des années folles ou des tristes périodes d’après guerre, l’information sportive fuse. Presse avec l’Equipe, la radio avec RMC ou la télévision avec Téléfoot et Sport2 permettent à nos 60 millions de compatriotes de suivre la compétition avec précision. Tout le monde peut connaitre le nom des joueurs, les matchs et regarder en direct les matchs de la compétition.

Si les trois grands médias offrent enfin une offre riche et complète autour du sport, l’arrivée d’Internet et du sport 2.0 va profondément faire évoluer la façon de consommer l’information.

Sport 2.0 : une consommation du sport digitalisée

Trois médias, à chacun son changement. Internet arrive en France à la fin du 20e siècle. A cette époque, le minitel domine largement le web malgré son prix très élevé. En 2006, le taux d’équipement du web dépasse les 50% et cela marque pour de bon le succès de ce nouveau média.

Du papier à l’appli

La presse, comme l’édition en général, connait un grand changement avec l’arrivée d’Internet. Le business model change et met en difficultés les principaux acteurs. Coincée entre la gratuité des nouveaux journaux type 20 minutes et Internet, la presse doit se réinventer. Oust France, Le Figaro, Le Monde et consorts ont pris quatre gros coups de marteau :

[list type="check"]

  • Internet arrive et propose un contenu quantitatif et gratuit. Des pur players se créent et aujourd’hui l’Internaute.com attire plus de 12 millions de visiteurs uniques par mois
  • L’arrivée de CMS tels que WordPress et Joomla a permis à tous de créer son propre contenu facilement. Coup dur pour la presse, tout le monde peut créer de l’information
  • Une information sociale : Wikipédia permet d’écrire l’histoire ensemble sans avoir besoin de la presse. De plus, Facebook, Twitter et d’autres accélèrent la diffusion sans commune mesure. Ne pas être présent en ligne revient à signer son arrêt de mort pour une presse affaiblie.
  • Internet envahit les supports. Mobile, tablette, TV connectée, l’information et disponible partout et tout le temps. Il n’y a plus de moment hors connexion

[/list]

 

Les nouveaux acteurs se sont clairement implantés. Saviez-vous que l’Internaute.com draine plus d’audience on-line que le Figaro ? Dans le sport, le groupe Lagardère a notamment réussi son implantation avec le groupe 365 (sport, football, Rugby, etc). La presse ne se rémunère plus à l’achat additionné à la publicité mais uniquement à la publicité. Dans ce cas, les efforts pour attirer le lecteur et le conserver devient beaucoup plus important. A contrario, Internet permet de cibler la publicité en fonction du lecteur. Elle est donc plus efficace et représente un meilleur retour sur investissement que pour le papier.

Aujourd’hui le Figaro réalise 25% de son chiffre d’affaires en ligne. Signe encourageant, l’Equipe aussi réussit bien sur Internet. Il est l’un des sites les plus fréquentés en France avec presque 5 millions de visiteurs uniques par mois depuis un ordinateur et 2,5 millions de VU sur mobile. L’Equipe prouve que la presse traditionnelle peut faire son trou en ligne et s’adapter aux attentes nouvelles des consommateurs. Le quotidien crée en 1946 propose maintenant un site bien fait avec une application mobile performante et un abonnement à son journal en version numérique à bon prix.

Evidemment, le journaliste change lui aussi. En plus de ses posts sur les journaux, de nombreux journalistes ouvrent leurs blogs et tweetent beaucoup. Ils participent à l’information et donnent leurs avis. Ils ne veulent plus attendre le lendemain matin avant que l’actualité chaude soit disponible alors ils tweetent et n’hésitent plus a donner un avis tranchant.

De la radio au podcast

Pour la radio, l’arrivée d’Internet a été vécue bien différemment. La radio et Internet se ressemblent : Ils sont totalement dématérialisés. Là où Internet devient ennemi de la presse, il est allié de la radio et profite du mouvement du sport 2.0.

Si la radio s’écoute avant tout dans la voiture (73%) et à domicile (70%), elle s’écoute aussi dans les transports, dans la rue ou pendant son footing. Internet est multi supports et le mobile devient un nouveau moyen de diffuser les programmes radios. En fait, ce sont près de la moitié des consommateurs de radio qui utilisent Internet pour leurs stations favorites. L’année 2011, portée par le mobile a vu une croissance de 34% des écoutes de radio par Internet. C’est un incontestable succès pour la radio.

Tristant Jurgensen de RTL : un internaute sur deux ouvre le player de RTL, et la durée d’écoute sur Internet est supérieure à la FM. Nous étions très en attente de ce type de mesure

Avec un mobile, il devient facile d’écouter la radio et d’enrichir son expérience avec son navigateur et ses applications favorites. Si le temps de consommation augmente c’est aussi grâce à une modernisation bien maitrisée du monde radiophonique. Les sites Internet, lives tweets et pages Facebook sont monnaies courantes et représentent un véritable succès dans l’allongement du temps d’exposition du consommateur à la chaine de diffusion.

Dans le sport, RMC est l’exemple à suivre. Une application et un site en ligne qui permet aussi bien de suivre son programme en direct que de la rediffusion par podcast. En direct, les journalistes utilisent les tweets pour rebondir avec ce que pensent les internautes. Les discutions sont alors toniques et la distance entre les journalistes et leur audience n’existe presque plus.

Si la presse a beaucoup de mal à réellement passer le cap du web, la radio en profite pleinement et Internet est un accélérateur d’audience formidable pour un secteur dynamique qui sait rebondir avec brio à l’attente du consommateur.

On se retrouve très vite pour aborder la question de la diffusion du sport en direct : Tv connectée, streaming, stade connectée !

 

1 Commentaire

  1. Pingback: streaming sportif et diffusion 2.0 » histoires de web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Lire les articles précédents :
le logo du site hébergement misterbnb
Misterbnb : pour un hébergement de niche

Misterbnb : Le gay-friendly de l'hébergement Vous connaissez tous Airbnb, voici son nouveau concurrent : misterbnb. Le principe est exactement...

Fermer