Stade 2.0 une expérience enrichie

le stade 2.0

Stade 2.0 : Si un télénaute est moins attentif devant sa télévision, c’est la même chose dans un stade. Aux Etats-Unis on s’adapte et profite pleinement de ce tout connecté mais en France on a encore du boulot malgré quelques initiatives.

le stade 2.0

Stade 2.0 ou diffusion 2.0 ?

Le stade a quelque chose que la télévision n’a pas : la passion, l’émotion. Dans un stade, le supporter crie, pleure, rit. Et par dessus tout il vit un bout de l’histoire. Vivre le record du monde de Bolt au dernier JO est un évènement marquant. C’est un souvenir impérissable, c’est participer à l’évènement, à l’histoire du sport.

L’application stade 2.0 : Barclays center

Comme pour la télévision, le consommateur change. Il veut une expérience enrichie et avoir accès à une multitude de services avec son second écran. Aucun chiffre officiel pour le « stadénaute » mais 42% de télénautes, eux, recherchent du contenu enrichi sur le programme qu’ils visionnent.

Si la France est un peu lente à la détente ce n’est pas le cas aux USA. Prenons l’exemple du Barlclays center. Lancée par Cisco, son application, le stade a réussi à augmenter son panier moyen et la satisfaction client. Avec elle vous vivait l’évènement : achat de ticket, contenu exclusif, les meilleurs moyens d’accès en fonction du trafic ou encore consommer directement depuis votre place en commandant avec votre application. Tout est à porter de clic. C’est le stade 2.0. Mais ce genre d’application nécessite un chose : un bon réseau, ce que nous n’avons pas dans les stades français.

 

Roland Garros, la future best practice bleu, blanc, rouge ?

La France tente. Elle essaie mais se frotte à une mentalité immobiliste forte. « Je ne vois pas pourquoi on proposerait des applications à nos spectateurs. Je ne veux pas les voir les yeux rivés sur leur smartphone ». L’excuse de la sécurité est aussi mise en avant. Un essai au Stade de France qui propose le Wi-Fi pour les tribunes VIP (soit 10% du stade) uniquement, d’autres à Bordeaux notamment. L’exemple pourrait venir de la prochaine saison de Roland Garros. L’application 2013 devrait proposer un contenu sensiblement identique à ce que propose le Barclays center. On attend de voir ça !

Stade 2.0 : publicité ultra ciblée

D’autres exemples existent. Le stade d’Amsterdam s’est équipé de 8.000 écrans et d’un logiciel puissant de suivi de trafic pour son stade 2.0. A chaque moment, les organisateurs connaissent le taux de remplissage par tribune, quel type de personne est assis à tel endroit. Tout est connecté et relié avec les informations personnelles. Cela permet d’offrir par exemple un replay du dernier but avec une publicité selon votre emplacement dans le stade. Une montre de luxe pour les tribunes VIP, de la bière pour les tribunes populaires. Cela crée une augmentation du chiffre d’affaires.

 

Le stade 2.0 n’est qu’à ses débuts mais une chose est sûre, l’expérience dans un stade va changer. Après la télévision, c’est le stade qui se montre innovant. Si les Etats-Unis sont, pour le moment, maitres en la matière, on attend beaucoup des prochaines initiatives françaises ! Le tournoi de Roland Garros commence dans un peu plus d’un mois…

 

En savoir plus avec la médiatisation du sport avec Internet et le streaming sportif

3 Commentaires

  1. Jean-Christophe Gilbert

    Très bon texte. Merci.

    Répondre
    1. Histoires de web

      Merci :)

      Répondre
  2. Pingback: Publicité dans les stades 2.0 : Interview de NVC - histoires de web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Lire les articles précédents :
Le logo de M6
M6 : Un programme intéractif

M6 : On le dit souvent ici : Pour 40% des télénautes, la télévision est complétée avec la recherche sur...

Fermer